Marks & Clerk -
  • Our People
  • Our Services
  • About Us
  • Knowledge and news

Presse & Publications

Intelligence artificielle : votre entreprise est-elle prête ?

27 December 2018

Cette publication est d’abord parue dans Insider Media

Les écrivains de science-fiction ont longuement spéculé sur le développement des machines intelligentes et, à mesure que le rythme des progrès technologiques s’accélère, la réalité rattrape la fiction. Ces dernières années, par exemple, les ordinateurs ont remporté leurs premières victoires sur des joueurs professionnels humains au Go, jeu de société extrêmement complexe. Autre exemple, les agents conversationnels appelés « chatbots » remplacent les hommes à des fonctions de service client. Ils imitent les réponses humaines aux questions des clients avec un tel réalisme que ceux-ci ne peuvent imaginer qu’ils s’adressent à une machine. Sur ce point, on peut dire que les chatbots ont passé avec succès le célèbre test de Turing, jalon essentiel du développement de l’intelligence artificielle (IA).

Le chemin parcouru en matière d’intelligence artificielle est incontestable. Notre propre travail de recherche au sein de Marks & Clerk a révélé que plus de 78 000 demandes de brevet déposées dans le monde en 2017 concernaient l’IA. Si les tendances actuelles  se poursuivent, nous devrions atteindre environ 86 000 demandes en 2018, soit quasiment le double d’il y a dix ans. Ce nouvel indicateur illustre bien la vitesse d’innovation en matière d’intelligence artificielle.


Anticiper la courbe de l’intelligence artificielle

Malgré ces statistiques spectaculaires et les gros titres parfois retentissants concernant l’intelligence artificielle, d’autres facteurs montrent que de nombreuses entreprises ne sont pas prêtes à relever les défis et tirer parti des opportunités qui l’accompagneront. Alors que 72 % des plus grands dirigeants interrogés récemment dans le cadre d’une enquête PwC estiment que l’IA sera essentielle à l’avenir, seules 15 % des entreprises ont actuellement recours à cette technologie.

Quel que soit le secteur économique dans lequel vous évoluez, vous ne pourrez anticiper le mouvement que si vous y songez dès à présent. Que vous soyez un constructeur automobile se préparant à l’essor des voitures intelligentes à conduite autonome et des villes intelligentes dont le flux de circulation est optimisé par des algorithmes, ou une banque recourant à l’IA pour analyser les données de ses clients afin de leur proposer des services encore plus personnalisés, vous ne pourrez vous soustraire à l’application de la technologie de l’intelligence artificielle, dans votre domaine.

Les entreprises qui l’adoptent dès maintenant se doteront d’un considérable avantage concurrentiel sur le marché. Tout aussi important sans doute, celles expérimentées en matière de brevets peuvent dresser des obstacles légaux que leurs concurrents devront à tout prix surmonter s’ils s’adaptent de manière tardive à la révolution de l’IA.

Innovation et propriété intellectuelle

Comme c’est le cas pour toute technologie émergente, développer des produits axés sur l’intelligence artificielle et permettant à votre entreprise de se différencier peut représenter un investissement conséquent. La protection de cet investissement par de solides droits de propriété intellectuelle (PI) devrait donc constituer une partie essentielle de votre stratégie d’entreprise.

Il existe une idée fausse largement répandue, notamment au sein des entreprises britanniques, selon laquelle il serait impossible de breveter des logiciels. Les entreprises s’en remettent donc souvent aux droits d’auteur pour protéger le code informatique sur lequel reposent leurs innovations logicielles. S’il est vrai que cette approche suffit parfois dans le cas de logiciels traditionnels entièrement programmés par l’homme, elle se montrera probablement inefficace face aux techniques d’apprentissage de la machine à la base de la révolution de l’intelligence artificielle.

Par chance, la législation rattrape les développements dans ce domaine et l’Office Européen des Brevets (OEB) a publié des directives actualisées sur la procédure de brevet des technologies d’IA début novembre. Ces orientations établissent clairement que bon nombre de ces dernières sont résolument brevetables et elles fournissent la certitude juridique nécessaire aux entrepreneurs souhaitant protéger leurs innovations en la matière.

Au cours de la révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle, les propriétaires des usines et des machines ayant permis le passage à la production en série se sont considérablement enrichis. Lors de la révolution de l’intelligence artificielle, la possession de moyens physiques de production ne sera a contrario plus une solution infaillible pour créer de la richesse. Les gagnants seront plutôt ceux auxquels la PI garantira la propriété de l’intelligence artificielle.

Auteur :
Philip Cupitt
Associé, Birmingham (Royaume-Uni)
Chartered (UK) and European Patent Attorney, Patent Attorney Litigator (UK)

L'utilisation des cookies sur le site de Marks & Clerk

Si vous souhaitez accéder au site sans utiliser les cookies, veuillez désactiver les cookies de votre navigateur. Vous pouvez consulter sur AllAboutCookies.org les détails des configurations habituelles des navigateurs pour cela ou bien consulter la rubrique aide de votre ordinateur. Certaines fonctionnalités et facilités de notre site pourraient ne pas fonctionner si les cookies sont désactivés. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Fermer et continuer sur le site